Forum officiel de la série de fictions The Story : Apokirov

Command & Conquer - Minecraft - My Little Pony - Warhammer 40k - World of Tanks


    Une simple lettre

    Partagez
    avatar
    Mika
    Pilote / Chef du VodKGB

    Messages : 784
    Date d'inscription : 03/03/2012
    Localisation : Erreur, donnée indisponible

    Une simple lettre

    Message par Mika le Sam 31 Aoû - 17:11

    Ne t'avais je pas dit que j'avais l'habitude de me saboter ? Que crois tu que j'ai fais pour nous deux ?
    Qu'ais je fais toute ma vie ? Si ce n'est de me tuer à petit feux, de me saboter...Alors...Alors ce choix de devenir militaire, il est normal non ?
    Après tout je suis trop lâche pour me suicider mais par contre, je peux réunir toutes les conditions pour mon suicide...Et être militaire c'est un bon compromis surtout avec ce qui se passe avec la Syrie en ce moment.
    Oui, je vais surement être déployé la-bas. La-bas, ce ne sera pas le Mali tu sais...Mais plutôt un Irak ou un Afghanistan en pire.
    Je partirais en OPEX et je serais parmi les premiers déployés.
    Je te reviendrais, ne t’inquiète pas...Mais pas de la façon dont les personnes qui m'aime le désire...Je reviendrais dans un cercueil, mort pour la patrie, pour le drapeau, mes camarades et pour toi, pour ceux que j'aime.
    A travers ce sacrifice, je ne cherche pas le renouveau de notre amour, je ne recherche rien à vrai dire si ce n'est...si ce n'est d'avoir fait quelque chose de significatif envers les gens que j'aime et enfin, j'aurai la mort et mon sommeil éternel.
    Je mourrais pour toi, tu le sais...En voilà la preuve, le destin fera ce qu'il faut pour le reste.
    Malgré tout, j'espère sincèrement que tu vivras une vie heureuse et joyeuse, que ton futur sera resplendissant car tu es une fille qui le mérite. Mes pensées te sont tiennes en ces temps durs.
    Je t'aime...Vive la France.

    Caporal Mika.

    Plusieurs jours plus tard, l'armée fut déployé en Syrie et les rapports de pertes qui arrivèrent furent désastreux. Malgré leur entrainement et équipement supérieur, les forces de la coalition subirent des pertes énormes.
    Devant un tel désastre, l'opinion publique se révolta et parmi les pertes, le caporal Michael P dit Mika, en fit parti. Il mourut dans un acte de bravoure, donnant sa vie pour ses camarades.
    Cette lettre fut rapporté en France par un de ses camarade, sauvé par son sacrifice.


    "La dernière fois que je l'ai vu, il donné l'ordre de déguerpir, de s'enfuir et de ne pas regarder derrière...Il a dit ça et...Et il a aussi dit qu'il allait les retenir à lui tout seul...Puis pour terminer, il a dit que...tout irait bien et il a sourit...
    Il a ensuite chargé tout seul dans la fumé et je ne le revit plus. Il a donné sa vie pour moi...comment je pourrais oublier ses derniers instants ?!
    Jusqu'au bout il a pensé à nous, à son pays...Lui, il ne comptait pas à ses yeux, sa vie était sacrifiable pour lui....Ce n'était pas un homme, c'était un héros.
    Si je peux revoir ma femme et mes enfants, c'est grâce à lui, à son sacrifice.
    Madame, il voulait que je vous trouve et que je vous remette cette lettre à sa mort. Vous qui l'avez connu avant et avez pu partager un moment de sa vie, pouvez être fière d'avoir connu un tel homme.
    Personnellement, je suis heureux, fière et honoré d'avoir eu un tel camarade, d'avoir combattu à ses côtés et d'avoir été là jusqu'à la fin, jusqu'à sa fin, à ses côtés."

    La femme ne dit rien, elle rangea la lettre après l'avoir lue. Cependant elle pensé bien à une chose : "Peut être avait il besoin d'un autre caporal Mika lui aussi".
    Mais elle se garda de le dire car si jamais elle devait le dire, cela induirait d'autres femmes comme elle, d'autres histoires d'amour brisées et d'autre vies prisent.
    Néanmoins d'autres vies sauvés et d'autres familles intactes...
    Il n'y a pas de guerre juste ou injuste, il n'y a que les politiques qui les ordonnent et les militaires qui la font et meurent.

    avatar
    MartinMb
    Capitaine de l'Apokirov

    Messages : 1389
    Date d'inscription : 29/02/2012
    Age : 27
    Localisation : Derrière les magnifiques flammes nucléaires du Warp.

    Re: Une simple lettre

    Message par MartinMb le Lun 2 Sep - 21:41

    J'aime lire tes histoires, parce que tu n'invente pas de morales à la con comme tout le reste des récits d'habitude. Cette personne a fait le choix de donner sa vie pour sauver des gens au lieu de lâchement se suicider. Pour lui, c'est aussi un suicide, mais la résultat n'a pas été le même, au point de se demander si ce qu'il a choisi n'est pas au final un choix enviable. S'il s'était enlevé la vie de lui-même, il aurait choqué tout le monde, serait passé pour un lâche et aurait été oublié. En tant que soldat, le fait d'avoir volontairement donné sa vie pour sauver ses camarades a fait de lui un héros dont la France se souviendra longtemps et a permis de garder d'autres familles heureuses.

    La seule chose qui me traumatise, c'est que tu aies utilisé toi comme personnage, mais ce n'est pas inhabituel.
    avatar
    Mika
    Pilote / Chef du VodKGB

    Messages : 784
    Date d'inscription : 03/03/2012
    Localisation : Erreur, donnée indisponible

    Re: Une simple lettre

    Message par Mika le Mar 17 Sep - 18:21

    LETTRE N°2

    Peux tu t'imaginer, le mal que ça me fait ? Peux tu vivre dans cette angoisse ?
    Tu le peux mais le vis tu ?
    Tic Tac, le temps passe et continue l'angoisse...Vois, devant, un homme faible victime du destin d'un sentiment ô combien puissant.
    Boum boum, les battements viennent du coeur et se poursuit l'attente de la décisive heure...Regarde, en face, l'homme pantin de la volonté d'un sentiment ô combien dévastateur.
    Il s'agit de ce sentiment que la science veut tant expliquer...Pourquoi vouloir tout expliquer ?
    Pourquoi ne pas la laisser vivre et s'épanouir sans en connaitre les raisons ? Nous devrions juste la vivre et c'est tout.
    Oui je parle de l'amour.
    Non pas juste une attraction pour une femme mais le véritable amour, celui qui contredit le premier sentiment d'amour, le vrai.
    L'unique qui chasse l'usurpateur, qui s'installe en vous jusqu'à vous rendre malade, jusqu'à vous blottir contre votre couette comme s'il s'agissait de votre bouée de sauvetage.
    Et la souffrance de l'angoisse de cette attente infernale de ce moment où la déclaration doit être faite ! Les douleurs rendant incapable toute pensée rationnelle et tout mouvement utiles ou non...
    Les heures qui défilent, les nuits qui passent, les jours s'écoulant, les paroles s'envolant, les écrits restant...Allons donc, combien de temps cela va t'il durer ? De savoir que cet amour est partagé ?
    Jour J moins combien ? Heure H moins combien ? Le temps semble ne plus s'écouler mais l'attente est là...Pourquoi ?
    Tant de mal pour plus de bonheur ou tant de mal pour plus de douleur ? Les choix et leurs conséquences sont si affreux pourtant nous devons les faire et les accepter.
    Le noir est ma seule compagnie alors que la lumière semble encore très loin.
    Mes pensées vont je ne sais où, mon âme s'abandonne vers un gouffre...J'étouffe.
    La libération n'est pas visible alors que j'y suis attiré...Je suis étiré.

    Vais je tenir ? ....Encore combien de temps ici...Dans la vallée de l'indécision...A errer...encore...et toujours...Là...Ici...Où tant de monde est...et où personne n'est...
    A la fois dans une foule...et à la fois seule....Rien ne semble réelle sauf....
    Sauf ma douleur, mon angoisse, mon attente.
    Je vis mort et mort je vis.
    Mais bientôt, la délivrance...Je dois lui dire que je l'aime...Je dois lui dire ! MAINTENANT !

    Plusieurs heures plus tard, il se retrouva devant la fille. Il prit son courage à deux mains et se déclara...
    La suite est....une autre histoire.

    avatar
    Mika
    Pilote / Chef du VodKGB

    Messages : 784
    Date d'inscription : 03/03/2012
    Localisation : Erreur, donnée indisponible

    Re: Une simple lettre

    Message par Mika le Mar 19 Nov - 13:02

    LETTRE 3

    Il fait froid, il n'y a pas encore de neige, c'était un mois de Novembre parmi tant d'autre pour beaucoup sauf pour les gens qui étaient en bas de ce building, sauf pour elle qui fut tuée, sauf pour lui qui la tua et sauf pour celui qui amena tout cela, le responsable qui fut aussi tué. Enfin, sauf pour l'ami du tueur qui se retrouva en haut de ce building avec son ami. Un mois de Novembre normal pour d'autre, exceptionnel pour certain et le dernier pour les concernés.

    Il était là, recouvert de sang, l'arme du crime à terre...Un poignard ensanglanté ayant fait son office avec une perfection meurtrière, son but réalisé.
    Le jeune homme, désormais meurtrier, regarde le sol depuis le toit du building.
    Son ami arriva, il alla vers lui et s'assit à côté.

    "- Merci d'être venu...
    - Pourquoi...Tu n'y étais pas obligé...d'en arriver là...
    - A une époque la trahison était punis de mort, peu importe le caractère de la trahison...Pourquoi aujourd'hui cela aurait changé ?
    - Parce qu'il y a la justice....Combien même elle n'est pas juste.
    - Si la justice n'est pas justice, cette allégorie a échoué à sa tache, son unique but, son unique raison d'être...Dès lors il est normal de ne plus y croire.
    - Ainsi il en va pour l'homme ?
    - Pour la plupart...Mais pas pour certains, toi par exemple...J'ai toujours cru en toi...C'est encore démontré par ta présence ici, à mes côtés.
    - Mika...
    - Je l'ai tuée, elle et lui, lorsqu'ils faisaient l'amour...J'ai punis cette trahison et j'ai fais justice moi même. Des concepts, des allégories et des sentiments se sont affrontés...La loyauté, l'honneur, la confiance, l'amour et la trahison, la justice, la punition. J'ai fais un choix, je ne le regrette pas...Ce que je regrette c'est que nous aurions pu éviter tout cela si...Si j'avais effectué les bons choix, si nous avions parlé correctement, si nous avions décidés ensemble, si nous avions pris notre temps.
    J'ai échoué...En tant qu'échec, il n'est pas responsable de vivre. Enfin, pour avoir ôté la vie à deux êtres, je dois moi même subir le courroux de la justice...Je sais être juge et bourreau à la fois, c'est ce que j'ai fais pour elle et lui...Alors je le ferais pour moi.
    - Ta vision est bien trop près de concepts oubliés...Je devrais dire que c'est noble mais...Mais ce que je ressens, ce que je vois, c'est juste du gâchis...Toi, elle et lui, vous auriez dû avoir un autre avenir...Une autre vie. Aujourd'hui, trois vies auront été gâchés par la stupidité du coeur humain, par la stupidité de l'homme. Que devrais je penser de cetet farce de la vie ? De cette tragédie, de ce drame inutile ? Il y a assez de tueries, de mort et de trahisons dans le monde pour assombrir mon avis sur le genre humain et voilà que cela doit se produire au plus près de moi, à travers moi...Dans mon corps mes muscles tremblent d'effroi face à cette folie, mon coeur s'alourdit face à cette peine, mes yeux pleurent face à cette ignominie que m'offre la vie. Ce que je perds aujourd'hui provoquera un manque éternel. Pourquoi...
    - L'homme est ainsi, il ne changera pas...Je suis autant peiné de te voir mêlé à cette triste chose, je n'aurai pas voulu cela. Pourtant, avoir cette discussion me rassure un peu...
    - J'ai aussi amené ceci avec moi...Je savais que tu allais te juger toi même et t’exécuter. Par respect envers notre amitié, parce que j'ai cru...non...Crois encore en toi, voici un revolver...Je ne veux pas que tes derniers instant soit habité par la peur, ni par le courage du suicide, ni par la volonté d'une auto-justice.
    - C'est gentil mais si je n'ai pas cette peur, ni même le courage d'affronter et de vivre cette peur, il ne s'agirait plus d'une exécution et encore moins d'un jugement, d'une punition envers les actes que j'ai commis et envers ceux que j'ai tués.
    - Alors tu compte te jeté et vivre cette peur qu'est le vide et la vision d'un sol se rapprochant ?
    - Oui, c'est un verdict qui je pense conviendrait.
    - Par Dieux, cette journée ne fut elle pas assez macabre ? Assez horrible ? Dois tu en rajouter ?!
    - Il serait injuste que j'ai une mort sans souffrance.
    - Il est déjà injuste que tout ceci se déroule...Un peu plus d'injustice n'y changerait rien.
    - Mais un peu moins y changerait beaucoup.
    - ...Que l'humanité soit maudite pour toutes ces foutaises et conneries d'allégories !
    - Il en va de même pour les sentiments même s’ils permettent de construire beaucoup de choses...Ou d'en défaire beaucoup.
    - Oui...Hélas.
    - J'aimerai tant pouvoir revenir en arrière et corriger mes erreurs, éviter tout ça...Vivre heureux, sourire, rire...A..Avoir des...enfants, une famille...Avec...Avec...Elle....Voilà, un rêve brisé...Un rêve fichu en l'air, comme toutes ces vies, comme ma vie...Maintenant je n'ai qu'un seul souhait, un seul rêve, un seul espoir...Que ta vie réussisse, que mon rêve brisé voit le jour en toi mon ami...Vis, vis comme je n'ai pu vivre, il n'y a que cela qui me donne envie de sourire...Oui l'espoir, le souhait profond et véritable de te voir accéder à tout ce que je n'ai pu...Il es temps pour moi.
    - Adieu Mika, tu me manqueras...
    - Toi aussi Martin...Désolé pour tout ça...
    - Pourquoi...t'excuses tu ?...Ce n'est pas que de ta faute...
    - Merci..."

    Le jeune meurtrier regarda le sol, inspira profondément et se jeta.
    Soudain une détonation se fit entendre...L'ami tenait son revolver vers l'homme jugé et avait appuyé sur la gâchette...La balle pénétra le crâne et tua sur le coup.
    Le corps sans vie, le mort tomba au sol sans subir la peur du vide, la peur de la mort...
    Désormais, le seul être vivant sur le toi rangea son arme, pleurant, tremblant...

    "Voilà aussi ce qu'est justice...Il n'y a pas qu'un, deux ou trois qui ont tort dans cette affaire...Pour ma part, je devais faire cela...Voilà ma propre condamnation et ta libération.
    Tout...tout ça...pour ça...pour en arriver là...Que de gâchis...Que de gâchis...gâchis...gâchis...Vies gâchées, vies brisées, futurs démolis...Au diable cette tragédie, ce drame, ce cirque macabre ! Philosophie, allégories, société, humains...Voilà vos sacrifices sur l'autel de vos valeurs maudiiiiiites ! Sur l'autel de vos piliers fondateurs ! Où est la confiance là dedans ! Où est l'amour ! L'amitié, l'honneur, la loyauté hein ?! Dites moi ! Répondez moi bande de lâches ! Répondez moi...répondez...Vous en êtes incapables, rien ne changera dans vos esprits corrompus, dans cette société corrompu, dans ce système malade, cancéreux et pourris depuis la racine !
    Assez...Il y en a eut assez aujourd'hui..."

    L'homme repartit...Quelques heures plus tard, il se retrouva devant un lac et lança le revolver démonté à plusieurs endroits dans le lac.
    Il érigea une tombe sans nom seulement avec des initiales. Chaque année, à la date précise de ce jour de Novembre, il rendait visite à cette tombe que nul ne connaissait.
    Déposant des fleurs et se rappelant combien l'homme pouvait tant construire et tant démolir.
    Se rappelant que l'humanité n'était qu'une épée à double tranchant, s'articulant plus avec un bras maudit qu'un bras bénit.
    avatar
    MartinMb
    Capitaine de l'Apokirov

    Messages : 1389
    Date d'inscription : 29/02/2012
    Age : 27
    Localisation : Derrière les magnifiques flammes nucléaires du Warp.

    Re: Une simple lettre

    Message par MartinMb le Mar 19 Nov - 13:40

    C'est épique, surtout que tu as réussi à parfaitement imaginer (à supposer que l'imagination puisse être soumise au concept de la perfection), ce que je suppose, j'aurais pensé de la situation.

    La lettre numéro 2 (que je n'avais pas lu) est magnifique aussi.
    Je commence à réaliser à quel point ce que nous qualifions de "mal" peut être créateur. Les émotions "mauvaises" ou auto-destructrices permettent aussi de créer. Elles engendrent ou proviennent de la destruction de soi, mais se heurtent à la volonté de survivre, d'être heureux. Ce contraste devient créatif, parce que le combat intérieur engendre des évènements et des pensées nouvelles. Ce que nous qualifions de mauvais, de malheur, travaille t-il vraiment contre nous au final ?
    avatar
    Mika
    Pilote / Chef du VodKGB

    Messages : 784
    Date d'inscription : 03/03/2012
    Localisation : Erreur, donnée indisponible

    Re: Une simple lettre

    Message par Mika le Mer 27 Nov - 19:56

    LETTRE 4

    Le froid pénétrant votre chair, descendant plus profondément en dessous, de manière lente et implacable, attaquant vos muscles qui se rétractent...
    Prenant le contrôle de vos muscles tentant encore de se débattre et enfin vient le pire.
    Ce froid horrible grignotant vos os, la sensation de la lame gelé de la mort se plantant tout lentement, tout doucement dans votre os, creusant pour atteindre la moelle.
    Et là ! Oui là ! L'apothéose macabre, le clou de l'infernal spectacle ! La moelle atteinte, le froid se transmet si rapidement à votre cerveau et à votre âme...Vous gelez, vous mourrez si lentement, si horriblement...vous gelez, vous mourrez et ne pouvez rien faire.
    Votre corps se débat, vous tremblez, vous avez des spasmes...en vain...La mort vous berce dans sa mélodie de torture.

    Soudain, le réveil, la sueur coulant de votre front, la noirceur de votre chambre et le poids de votre couverture...Ce n'était qu'un rêve juste si réel.
    Vous vous essuyez, vous balayez de votre revers de main cette sueur abondante....Mais quelque chose ne va pas...La peur est là.
    Vous avez froid...Vous sentez votre chair se refroidir...Vous ne comprenez pas...Votre sueur ne fait que de dégouliner et vous avez froid.
    Vos bras tremblent, vos mains s’agitent ! Que se passe t'il ?! Qu'est ce qui ne va pas ?
    La panique s'installe, vous tentez d'allumer la lumière mais vous vous loupez et faites tombez la lampe de chevet qui se fracasse par terre. Et le bruit vient de vous terrorisé
    Nerveux vous regardez en face de vous, votre miroir, vous le savez en face...Vous vous apercevez. Vous croyez vous voir, la peur vous maîtrise, reflétant ce que vous êtes, un humain terrorisé.
    Le miroir ne ment pas, ce qui change c'est que vous ne devriez pas voir son message pourtant vous le voyez...La vérité éclate dans un mensonge.
    Vous le savez...Le froid atteint les os....Dans un dernier sursaut contrôlé vous vous réfugiez dans le coin...La couverture vous enveloppant. Mauvaise idée.
    Le froid continue sa diabolique avancée, la peur atteint son paroxysme, la panique devient signe de survie contre quelque chose dont vous ne voyez pas, ne savez rien.
    Tic tac, le temps passe et c'est vous même qui prenez part à ce jeu horrible...

    "Qu'est ce qu'il y a ?! Pourquoi ça se passe ?! Je ne suis pas normal hein ? J'invente tout, je peux pas être...Cela ne peut être vrai ? C'est ça hein ? c'ets pas de ma faute j'ai...j'ai rien à me reprocher non ? Hein ? C'est juste la faute du rêve...c'est sa faute ! Sa faute ! Non celle des autres aussi ! Si je pense comme ça, si je rêve ainsi c'est à cause des autres ! Ils me reprochent tout ! Je ne suis pas un surhmain ! Je fais des fautes ! Pourquoi on me comprends pas hein ? ....J'ai besoin d'aide, je suis si faible..."

    Voilà la fin ! Elle approche ! Vous percevez des ombres, entendez des voix...N'etes vous pourtant pas seul ? Le réel a t'il encore emprise sur vous ?
    Bien entendu que non, la folie est juste présente...Elle semble être votre survie.
    Parce que vous ne pouvez plus réfuter tout ce qui se passe, il s'agit de la réalité. La votre. Votre corps est corrompu, votre âme est attaqué par la racine...Les piliers, la fondation s’effondre petit à petit.
    Vos sens s'affrontent, votre être lutte...Les mains arrivent à votre gorge...D'incompréhensible sensations vous transcendes lorsque vous serrez votre gorge.
    Plus vous serrez, plus vous vous sentez libre, le bonheur semblant être à portée...
    Dans les derniers instants vos réussites deviennent réalité, l'amour prend forme...Un sourire vous esquissez...avant de partir pour de bon.


    Qu'avait il de faux dans tout cela ? Tic tac, le temps passe et la nuit arrivera....N’espérez pas trouver la réponse avant que le règne de la noirceur n'arrive.
    Si vous vous approchez de la réponse et que vous survivez...Tentez de répondre mais je ne crains que quelque chose l'en empêchera.
    avatar
    Mika
    Pilote / Chef du VodKGB

    Messages : 784
    Date d'inscription : 03/03/2012
    Localisation : Erreur, donnée indisponible

    Re: Une simple lettre

    Message par Mika le Mer 25 Déc - 19:11

    LETTRE 5

    Dans une maison déserte aux lumières oubliées, une télévision sans son et ne montrant que de la neige, une demeure sans bruit, sans âme ni identité...
    Il y avait là un homme affalé sur la table de salon, le repas à peine entamé, les bouteilles d'alcool à peine bu et en face de lui un miroir reflétant ce tragique spectacle.
    Dans un sursaut de conscience, l'homme se vit.
    Choqué, troublé, il trembla, le froid se fit sentir....Il se blottit contre lui même, en vain. Le chagrin l'envahit, la tristesse le fit pleurer...
    Ne comprenant pas le mal qui le rongeait, il tenta dès lors de l'expliquer sans succès.
    Sa poitrine était comprimé, son coeur se faisait lourd et chaque coup était un puissant et lourd marteau s’abattant avec violence et fracas contre une enclume dénué de toutes raisons, de sentiments, une froideur glaciale à l'état pur.
    La douleur le fit tomber de sa chaise, à terre...Rampant alors comme un misérable insecte, incapable de se remettre debout par une destruction de volonté évidente dû à un chaos ambiant provenant de multiples blessures internes.
    Dans un dernier élan de courage, l'homme se mit debout devant le miroir. La rage et la haine le saisir.
    Il brisa le miroir avec ses poings, lança tout ce qui était sur la table au sol et contre le mur avec dégoût. Puis il s’arrêta net.
    Devant lui, un autre miroir se dressa, l'ultime du salon.
    Les mains déversant le sang, il les dressa devant lui et entama alors une sorte de monologue ou était ce plutôt un dialogue avec lui même ?

    "Qu'est ce que je suis là, ici ? Moi ? Ce n'est...pas moi...si ? Non....non...je...je ne suis pas....comme ça ? Le serais je ? ...Oui c'est moi, une partie de moi, oublié de tous, renfloué par moi même...Ce que personnes ne pourrait aimer.
    Pourquoi ? Pour...quoi...Dois je la cacher..envers moi même aussi ? ...Pourquoi, dois je la tuer ? La combattre ? Personne ne m'aimerait ainsi ?
    Personne ne pourrait m'aimer pour ce que je suis entièrement ?
    Qui remarquerait ce que je cache, ce que j'ai au fond de mon coeur et de mon âme ? Qui prendrais ce risque pour ensuite être déçue et m'oublier ?
    Je ne suis rien qui vaille la peine n'est ce pas ? Au fond c'est ça...Je le sais et pourtant...Je suis encore là, à espérer...
    Espérer encore....pour rien."

    L'homme tomba à terre, sur le carrelage froid, se mit en boule et pleurant.
    Dans cette maison, on n'entendit que les sanglots, les pleures et la peine d'un homme...Le monde s’arrêta, la vie stoppa et il disparu ne laissant rien excepter ces paroles.
    Écrites par la seule personne dont il refusé de blesser mais aussi la seule personne capable, peut être, de l'aimer intégralement.

    Contenu sponsorisé

    Re: Une simple lettre

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 4:19